La crise financière de 2008 s’éloigne malgré une reprise de la croissance économique inégale. Bien qu’il faille se garder de tout excès d’optimisme, la situation économique de nombreux pays restant encore précaire, il existe sur le plan économique des signaux positifs témoignant de cette reprise.

Bref rappel historique

Issue de pratiques bancaires désastreuses ayant entraîné l’éclatement d’une bulle spéculative immobilière aux Etats-Unis, la crise s’est propagée au système financier mondial.

Les banques, acteurs du financement de l’économie réelle, dans l’incapacité de connaître les actifs détenus par leurs semblables se sont repliées sur elles-mêmes, refusant d’assurer cette fonction, ont ainsi transmis le virus au monde économique.

Les Etats dont une partie importante de la création de richesse reposait sur le système bancaire ainsi que les états les plus endettés ont subi de plein fouet les effets de ce blocage du financement de l’économie. Les créanciers face au risque d’insolvabilité de certains d’entre eux ont exigé des taux de rémunération des emprunts d’Etat toujours plus élevés, contribuant ainsi à entretenir la dégradation de leurs situations. Certains d’entre eux ont été contraints de faire appel à la troÏka (fonds monétaire international, banque centrale européenne et commission européenne) pour assurer leur sauvetage de la faillite et leur financement. Cela ne s’est pas fait sans contrepartie. En effet, les créanciers ont exigé de ces pays qu’ils mettent en œuvre des politiques parfois draconiennes de réduction des dépenses publiques et d’assainissement de leurs finances.

Le coût politique et social de ces mesures reste actuellement très important. L’instabilité politique face à l’impopularité de ces mesures a laissé place aux extrêmes pendant que le taux de chômage atteignait dans certains pays des proportions désastreuses.

L’action des banques centrales, dans leur rôle de prêteur en dernier ressort, a été fondamentale pour assurer les sauvetages des établissements bancaires en difficulté et le financement des Etats. Ce rôle reste encore déterminant aujourd’hui pour accompagner en douceur la reprise après un épisode traumatisant pour les économies des pays développés en particulier. Le rythme avec lequel elles réduisent leur plan d’aide à l’économie sans renoncer à une éventuelle marche arrière en cas de signaux insuffisamment positifs contribue aujourd’hui grandement à gérer en douceur l’amélioration de la situation économique.

Et maintenant ?

Nous voici donc au tournant des années 2013 et 2014. En Europe, la crise n’est pas parvenue à anéantir la monnaie unique et dans ses pires effets, elle a montré que la solidarité entre Etats européens, si elle a un prix, peut aussi être efficace. Même si beaucoup ont encore du mal à percevoir les effets positifs d’une telle politique monétaire et financière, on peut espérer que les Etats européens ainsi que l’Europe sortiront renforcés de cet épisode.

Sur le plan politique en revanche, on peut présager qu’il faudra encore de nombreuses années avant que l’Europe ne se dote d’organes de décisions efficaces.

Aujourd’hui, on perçoit des signes encourageants d’amélioration de la situation. Certain Etats européens à la tête desquels l’Irlande et le l’Espagne ont ainsi soldé les plans d’aides dont ils ont bénéficié. Le Portugal, grâce à des gains de compétitivité importants, dégage à nouveau des excédents commerciaux.

Des incertitudes pèsent encore sur la situation de la France dont les indicateurs (chômage, croissance) restent encore mal orientés. Ayant atteint un pic en terme de pression fiscale (46% du PIB en 2014) le gouvernement se résoudra-t-il à engager une baisse des dépenses publiques et une politique de l’offre à destination des entreprises seules à même de relancer la croissance et d’inverser durablement la courbe du chômage.

Par ailleurs, à mesure que les pays d’Europe du Sud retrouvent de la considération aux yeux des marchés, il est à craindre que le France ne puisse encore longtemps bénéficier des conditions de financement ultra avantageuses lui ayant permis de traverser la crise sans trop de difficultés.

Les Etats-Unis ont quant à eux dégagés en 2013 une croissance dont le vieux continent aurait pu rêver. L’amélioration du marché immobilier, les perspectives d’indépendance énergétique qu’apporte l’exploitation du gaz de schiste, l’investissement sont autant de facteurs expliquant la baisse actuelle du chômage et le niveau de la croissance économique dans ce pays en 2013.

Quelques zones d’ombre subsistent néanmoins.

Le Japon s’est lancé dans une politique volontariste de relance pour mettre un terme à plus de deux décennies de déflation (baisse des prix entraînant une baisse de la consommation, les consommateurs anticipant une baisse des prix toujours plus importante). Bien que les indicateurs soient actuellement positifs, de lourdes incertitudes pèsent encore sur la consommation des ménages dont le pouvoir d’achat devra progresser à mesure que l’inflation repart. Une stagnation du pouvoir d’achat des consommateurs effacerait les effets bénéfiques de la politique menée.

En Chine, le plénum du parti communiste s’est tenu au mois de novembre et a permis de définir les grandes réformes qui seront menées au cours des prochaines années. Citons la privatisation de pans importants de l’économie jusqu’à lors encore détenus par l’Etat chinois, l’assouplissement de la politique de l’enfant unique, la libre fluctuation du Yuan réclamé à cor et à cri depuis de nombreuses années par ses principaux partenaires commerciaux, Etats-Unis en tête. L’une des principales inquiétudes concernant la Chine porte sur l’endettement des collectivités, bien que l’endettement global du pays en proportion du PIB reste gérable (50% à comparer aux 130% d’endettement du Japon, 95% pour la France).

Enfin, une crise des changes n’est pas à écarter dans certains pays émergents qui ont vu affluer au cours de la crise les liquidités dans leurs économies du fait des politiques monétaires ultra accommandantes des banques centrales des pays industrialisés et la réticence des investisseurs à investir dans leurs propres actifs. Les perspectives de réduction de ces politiques ultra accommodantes ont provoqué un rapatriement des capitaux vers les pays industrialisés et une réallocation vers les actifs plus risqués expliquant pour partie la très bonne performance des marchés financiers en 2013 mais aussi la dévaluation de certaines monnaies émergentes.

Category
Tags
No Tag

Comments are closed